Les scènes culte pour Alien 5 Eterrnity : Les funérailles de Lady Ripley

Publié le par Marin Stéphane

 

    L'actrice Sigourney Weaver est en plein cauchemar. La figure de l'Alien est devenue une obsession qui s'insinue au plus profond de son inconscient. Ses peurs se transcendent en rêves et en cauchemars à travers l'Alien et le personnage de Lady Ripley qu'elle incarne. 

 

 

Les funérailles de Lady Ripley

 

    Cloué sur sa croix, un xéno-morphe sanguinolent agonisait sous un soleil de plomb, tout en haut d’une colline. À ses pieds, une longue file de xénomorphes éreintés passait sans le voir. La même blessure ensanglantée dessinait l’étoile jaune de David sur leur poitrail décharné. Sur un côté du sentier qu’ils empruntèrent, les rejoignirent une rangée de xénomorphes, identiques à eux, mais aux torses bardés d’explosifs. Sur l’autre bord du chemin, une seconde rangée de xénomorphes vint se mêler à leurs congénères en brandissant gaiement de petites girouettes colorées en forme de svastika pour les faire tournoyer dans le vent. Ils formèrent, ensemble, une interminable colonne. Par devant eux, et comme posé sur l’horizon, un scintillement lointain guidait leur pas.  

    Sur la colline, le christ xénomorphe, tourna la tête vers la petite lueur qui brillait au loin, se tordant le cou pour essayer de l’apercevoir. Une douloureuse et indicible tristesse émanait de son horrible faciès sans yeux. Il émit un long et faible gémissement qui s’envola dans les airs au-dessus du sombre cortège. 

    À l’horizon, surgissant de partout à la fois, de mille directions différentes, s’étiraient de longues processions de xéno-morphes qui convergeaient, toutes, au même endroit. La lumière du soleil couchant se reflétait sur la diamantine du mausolée vers lequel elles se dirigeaient, et rayonnait tel un phare pour les guider.

_

 

 

    La noble dépouille de Lady Ripley était auréolée d’une fantastique et surpuissante aura. Elle gisait allongée et flottait, immobile, à l’intérieur de sa bulle-cercueil. Un grand linceul blanc enveloppait son corps disproportionné et en dissimulait les difformités. Seul son visage était nu, poudré de fines paillettes d’or et de platine. Son profil était presque méconnaissable tant elle avait mutée et vieillie. Sa longue et large collerette ornementée d’or et de diamants se déployait depuis la base de son crâne, tout autour de l’imposante proéminence qui lui couvrait la nuque, et scintillait de mille feux.          

    Des dizaines de milliers de xénomorphes éplorés se prosternaient au pied du mausolée, ivres de douleur et de chagrin, et gémissaient comme des chiens abandonnés, pleurant la mort de leur Mère à tous.    

    Une petite flamme s’alluma dans le crépuscule, puis dix, cent et des milliers enfin, portées à bout de bras par les processions qui avançaient. Un immense océan d’étoiles se mit à scintiller dans la nuit. En son centre, la foule agglutinée, comme aspirée par de lents courants cosmiques, forma un berceau de lumière sur lequel semblait flotter la sépulture de Lady Ripley.  

    Un premier xénomorphe jeta, alors, sa chandelle incandescente dans le réceptacle prévu à cet effet. La flamme du brûleur s’alluma instantanément et fusa à l’intérieur de la bulle-cercueil, illuminant la paroi de diamantine d’un vif éclat bleuté. Un à un, les xénomorphes défilèrent pour se prosterner devant la dépouille de Lady Ripley, jetant ensuite leur chandelle dans la fournaise. La chaleur fit très vite craquer le masque d’or et de platine de la morte. Son imposante collerette se recroquevilla lentement, puis, enfin, son linceul s’embrasa et se mit à brûler avec intensité. Son corps tout entier disparut dans les flammes en une boule de feu blanche et aveuglante.       

_

Quatrième scène culte : L'ensemencement des oeufs

 

Commenter cet article